Top 10 des trucs à retenir de « Qui veut être mon associé? », épisode 1

September 15, 2022

C’est le retour de l’émission des génies ! Il y a déjà deux ans maintenant, la première saison de « Qui veut être mon associé ? » nous avait beaucoup plu. L’idée est simple : des porteurs de projets viennent présenter leurs inventions à des investisseurs.

Si c’est du génie : ils achètent et aident le jeune entrepreneur à démarrer son projet, voire sa boite. Et si c’est une idée de merde, et bien au revoir.

Autant vous dire qu’on a hâte de voir les inventions et de se dire « mais bordel pourquoi j’y ai pas pensé, je pourrais être millionnaire« . Parce que oui, c’est ça dans 90% du temps. Mais c’est ce qu’on aime. Alors, que fallait-il retenir de ce premier épisode ? Réponses tout de suite !

1. C’est du propre.

« Unbottled » ouvre le bal avec une mission noble : moins de plastique dans les salles de bains. Shampoing solide, produits de douches solides etc etc.

Pas mal mais un peu du déjà-vu. Et si ça part bien ca finit mal car les deux créateurs ne veulent pas donner DES CHIFFRES. Ce qui freine complètement les potentiels associés.

Ils se sont pris UN SAVON MDR. Oui bon désolé.

2. BOB

BOB c’est le mini lave vaisselle qui fonctionne sans arrivée d’eau. On l’a déjà vu dans pas mal de reportages mais faut avouer que l’objet est très cool. Pas besoin d’arrivée d’eau, pas besoin de tablettes, un design rétro rigolo : on aurait aimé avoir ça quand on était étudiant.

La boite était déjà super bien lancée (40 employés quand même) mais avec 3 propositions des associés, les deux petits génies y vont au bluff. Ils demandent de cumuler les offres pour 1 million 5 contre 21% des parts mais avec en plus la création … d’une cryptomonnaie ?????? On n’a rien compris à la contre proposition. Et visiblement les associés non plus. Ca ne se fera donc pas pour la cryptomonnaie mais ils repartent quand même grosso modo avec UN MILLION ET DEMI.

3. Remise en question

Une boite de cryptomonnaie lancée au bon moment et Eric Larcheveque passe désormais ses journées à faire du quad en forêt.

On a clairement raté notre vie.

4. Pappille

On était pas sûr du déguisement mais finalement, c’était mignon et malaisant en même temps. Gentiment ringard, mais mignon. Avec un petit trou de mémoire en bonus.

Une présentation un peu bancale donc, mais peu importe. Au final, le couple est adorable et propose des billes de biscuit. Oui, des billes de biscuit. Et ça à l’air grave bon. ON EN VEUT.

5. Il pleut là non ?

L’histoire était trop belle pour nos créateurs de billes de biscuits. Jean-Pierre Nadir croit au projet et accepte de financer le tout, aux conditions des amoureux.

On est trop contents pour eux. VIVE LES BILLES.

6. Marc Simoncini est agaçant

On a absolument aucune vanne mais on l’affirme haut et fort : t’es chiant Marc.

Ses petites vannes de forceur et ses piques non stop, c’est trop. C’est bien d’essayer de faire le mec sympa mais visiblement, ça ne marche pas.

7. Pardon ?

La pire mascotte de l’histoire des mascottes.

8. Au secours

Bon l’idée du « panier dentaire » est pas mal, mais on s’est endormi environ 8 fois pendant la présentation.

Tout ça, pour vendre du fil dentaire et de la poudre pour coller les dents. PA-SSIO-NANT.

Et le marché ? « Pour tout ceux qui ont des dents« . Bah nickel.

9. Audacieux

« On peut être avocat et entrepreneur. Regardez : moi j’ai récupéré l’entreprise de mon père à sa mort. »

Mdr ok Liliane mais bon c’est à dire qu’on est pas tous enfants d’entrepreneurs non plus.

10. Une belle histoire

Incroyable histoire que celle de Fréderic, qui a du vendre sa première entreprise après une tumeur au cerveau et qui revient avec une nouvelle idée : la revente d’un stock gigantesque d’1 million de livres d’un ancien libraire.

« Les bouquins c’est cool mais je vais pas me secouer la tige dessus » dit l’un des associés qui rejette le projet. Fin du moment de grâce, merci à tous. Heureusement, notre chouchou Eric fait une belle proposition et financera le projet, contre 45% des parts de la société. ON VA PLEURER HEIN ATTENTION LA.

Merci d’exister Fréderic.

Leave a Reply

Your email address will not be published.